MAVI

MAVI

MAVI

Maintenir des marais vivants face au changement climatique

Région Nouvelle Aquitaine

 Région

Nouvelle Aquitaine

Référents du projet

Référentes recherche : Lilia Mzali et Anne Farruggia, Unité expérimentale de Saint-Laurent-de-la-Prée

Référente acteur : Mélanie Bordier - Forum des Marais Atlantique

Unités

9 équipes scientifiques : Université de La Rochelle, Bordeaux Science Agro, CNRS (équipe GEOLAB), Université de Caen, Université de Savoie, INRAE UMR Agronomie,  INRAE SADAPT, INRAE UR EABX, INRAE UMR SAS

Partenaires

14 partenaires locaux : Forum des Marais Atlantique (FMA), Communauté d’Agglomération Rochefort Océan (CARO), Syndicat Mixte Charente Aval (SMCA), Établissement Public du Marais poitevin (EPMP), Coopérative Carbone, Union des Marais de la Charente-Maritime (UNIMA), Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), Conservatoires des Espaces Naturels de Nouvelle Aquitaine (CEN NA), Conservatoire du Littoral (CDL), Association pour la valorisation de la race bovine Maraichine et des prairies humides, Conservatoire des Ressources Génétiques du Centre Ouest Atlantique (CREGENE), Association pour le Développement et la Valorisation de l’Élevage à l’Herbe (ADVEH), Chambre d’agriculture 17, Association de formation et d’information des paysans et des ruraux (AFIPAR)

 

Contexte et objectif du projet

Les marais du littoral atlantique sont notre Amazonie locale ! En Nouvelle-Aquitaine, les 100 000 ha de marais littoraux atlantiques conservent la biodiversité et séquestrent du carbone. Deux services qui dépendent de la gestion collective de l’eau et des pratiques agropastorales. Car, aussi emblématiques qu’ils soient pour l’environnement, les marais sont des territoires façonnés par l’être humain depuis des millénaires. Tout un réseau de canaux et de fossés serpente entre les parcelles et nécessite un entretien régulier. Or trois menaces pèsent sur le fonctionnement des marais : la diminution de la ressource en eau douce estivale (due au changement climatique), la baisse des capacités d’investissement des agriculteurs pour entretenir les fossés et la régression des activités d'élevage.

MAVI est piloté par l’unité expérimentale de Saint-Laurent-de-la-Prée et co-animé avec le Forum des Marais Atlantique qui aura un rôle central dans la valorisation. MAVI poursuit trois objectifs scientifiques :

  • comprendre les processus régissant les interactions entre la biodiversité et la séquestration du carbone sous l’effet des pratiques de gestion de l’eau,
  • concevoir avec les acteurs des stratégies de gestion durable de l’eau associées à des pratiques agropastorales dans une perspective de pénurie d’eau,
  • comprendre les conditions de pérennisation de circuits courts, donnant ainsi des clés pour maintenir l’activité d’élevage, garante des services écosystémiques fournis par les marais.

Description du projet

MAVI a une posture de recherche pour l’action combinant analyses des processus (biotechniques ou sociotechniques) et démarches de co-conception. Il s’agit de produire des connaissances mobilisables plutôt que de définir des "bonnes pratiques", la co-conception associant les acteurs à l’identification des objectifs comme aux moyens d’y arriver.

Le projet comprend trois volets de recherche (VR) liés aux trois objectifs, et un volet de valorisation. Chaque VR se décline en plusieurs questions de recherche traitées par des méthodes propres à chaque objet et discipline.

Le VR1 instrumentera plusieurs sites expérimentaux gérés par des partenaires du projet. Il s’agira de suivis de métriques de la biodiversité, de composantes environnementales, de la dynamique du carbone et de la gestion de l’eau (régime hydrique dans les fossés, modalités d’entretien des réseaux, inondation des prairies). Le VR2 proposera des démarches de co-conception en faveur de la biodiversité  sur deux « sites pilotes » : un en marais charentais et un en Marais poitevin. Le VR3 aura des approches à l’animal (composition des carcasses et gestion de l’équilibre matière), à l’exploitation (durabilité de la vente en CCP) et à la filière.

MAVI publiera ses résultats scientifiques et produira aussi des ressources pour les gestionnaires et les politiques publiques : guides pour analyser ou co-concevoir et outils de gestion (de l’eau, du carbone, de micro-filière). Des supports de communication valoriseront les résultats auprès des citoyens.

Schéma MAVI

 

Quelles contributions aux transitions dans les territoires ?

Les caractères innovants de MAVI sont :

  • d’analyser conjointement deux services écosystémiques,
  • de travailler à plusieurs échelles,
  • d’analyser la vente dans toutes ses dimensions à la fois technique, économique, organisationnelle et environnementale,
  • de mettre en œuvre une démarche de co-conception autour de la biodiversité,
  • et de combiner ces analyses biotechniques  avec des démarches de co-conception.

C’est en stimulant les échanges entre les parties prenantes, et avec les scientifiques que MAVI entend produire des connaissances nouvelles et des ressources pour les acteurs. C’est une condition pour que des transformations opèrent. Celles souhaitées pour les territoires de marais sont l’adaptation de la gestion de l’eau en faveur de la biodiversité et de la séquestration du carbone, sous contrainte de diminution de la ressource et le soutien au maintien et à l’installation d’ateliers d’élevage par une organisation pérenne et durable de CCP, gestionnaires de ces espaces.

Date de modification : 05 juin 2023 | Date de création : 07 octobre 2022 | Rédaction : PL